PRISE en CHARGE des SAUVAGEONS

Mais qu’est-ce qu’un chat sauvageon ?

Eh bien , c’est un chat né dans la nature ou dans une famille qui ne s'est pas occupée de lui, qui n’a donc pas eu de contact très rapproché (caresses notamment) suffisamment tôt avec les humains, et qui, pour cette raison, est devenu un sauvageon au lieu de l’animal de compagnie auquel nous sommes plus habitués. Le sauvageon ne se laisse pas approcher et refuse le contact, ce qui fait de lui un chat inadoptable, son souhait étant de vivre librement en extérieur.

Evidemment , si ces chats sont nés dans la nature , c’est qu’au départ une chatte a été lâchement abandonnée par des maîtres indignes ou qu’elle s’est reproduite sans prise en charge de la part des maîtres, les chatons se retrouvant abandonnés au sevrage. Or , les chats se reproduisant à une vitesse vertigineuse , si rien n’est fait , la prolifération guette .

Quelle solution ? Eh bien , la STERILISATION .

Que propose l'association pour les sauvageons ?

L’association ne possède pas de brigade d’intervention et ne pratique pas l’assistanat. Son rôle se limite à fournir une aide selon les conditions définies ci-dessous.

L’association demande une participation financière du montant de leur choix aux particuliers qui font appel à elle. Cette participation est considérée comme un don qui permet d’obtenir un reçu fiscal et donc une réduction de l’impôt sur le revenu égale à 66% du montant donné.

A réception du ou des chèques (adresse ci-contre), une autorisation écrite de présenter le ou les chats à un des vétérinaires partenaires de l’association est délivrée au particulier. L’association prête une trappe de capture contre une caution de 70 € qui est rendue dès lors que la trappe est rapportée à l’association. Les 10 premiers jours sont gratuits. Au-delà de 10 jours, la trappe est louée 5 € par semaine, toute semaine commencée étant due.

Ce sont les particuliers eux-mêmes qui capturent les bêtes, qui les portent chez le vétérinaire et qui les relâchent sur le lieu de leur capture après stérilisation, conformément à l'article L211-27 du Code Rural.

Toutefois, si l’animal est positif aux virus FELV (leucose féline) ou FIV (sida félin non transmissible à l’homme) ou si le vétérinaire diagnostique une pathologie incompatible avec le relâcher, l’animal est euthanasié.

Le nombre de prises en charge autorisées sera fonction du montant versé à l’association et ne dépassera pas six chats par foyer demandeur.

 

Par ailleurs, il faut savoir que l’association considère que toute personne qui permet des naissances ou décide de laisser vivre des chatons, que la chatte soit la sienne ou non, en est ou en devient moralement et citoyennement responsable et il est donc de son devoir de les garder ou de les placer. Ce n’est pas le rôle des associations.