...des  départs  en  maisons  de  retraite  ou  de  décès.

L'association est régulièrement contactée pour qu'elle prenne en charge le chat d'une personne qui entre en maison de retraite ou qui vient de décéder.

Ce n'est pas le rôle de l'association : l'animal de compagnie revient aux descendants, héritiers de la personne concernée, au même titre que les biens matériels. Les enfants, puis le cercle familial, ont donc le devoir d'assumer, ne serait-ce que par respect pour leurs parents.

En outre, la plupart du temps, il s'agit de chats âgés. Or les adoptants veulent surtout des chats jeunes et il est extrêmement difficile pour l'association, voire impossible, de les faire adopter. L'association n'est pas un organisme de retraite pour chats âgés.

Enfin, une entrée en maison de retraite s'anticipe et se prépare, et il est tout aussi indispensable de chercher des solutions pour l'animal, au sein de la famille et des relations amicales, bien avant la date fatidique.


...des   abandons.

Je suis enceinte, je dois me séparer de mon chat. Pourquoi ?

La grossesse n'est pas un motif d'abandon, même si la personne n'est pas immunisée contre la toxoplasmose.

 Voir la page concernée, chapitre "Bon à savoir".

 De même, une naissance n'est pas un motif d'abandon de son chat.

Certes, l'arrivée d'un enfant est susceptible de stresser le chat, mais, avant d'envisager le pire, il faut chercher des solutions douces : diffuseur de phéromones, pipettes anti-stress par exemple.

Certes, les chats ne sont pas tous aussi "faciles" les uns que les autres, puisque chacun, comme les humains, a son caractère et sa "personnalité".

 

C'est aux parents qu'il revient d'établir des règles si nécessaire. Il peut s'agir d'empêcher l'accès à la chambre du bébé par exemple, et, bien sûr, il est indispensable d'éduquer l'enfant, dès son plus jeune âge, au respect du chat qui ne doit pas être considéré par l'enfant comme un jouet dont il pourrait faire ce qu'il veut quand il veut, mais comme un être sensible qui, comme lui, a ses humeurs.

 

En cas de difficultés insurmontables c'est d'abord auprès de la famille proche ou moins proche, puis auprès des amis, proches ou moins proches, qu'il faut trouver une solution.

 

Je suis allergique, je dois me séparer de mon chat. Avez-vous passer les tests ? Est-ce bien au chat que vous êtes allergique ? Avez-vous tenté la désensibilisation ?

Ici aussi, avant d'envisager le pire, il faut tenter des solutions douces. Il existe des produits qui diminuent

nettement le caractère allergène du chat.

http://www.parallerg.com/allergique-aux-chats-et-rongeurs-biolife-lotion.html

 

Je déménage, je me sépare de mon chat. Pourquoi ?

Un chat est tout à fait en mesure de suivre ses maîtres, même s'ils passent d'une maison à un appartement. Là encore il faut envisager des solutions douces.

 

Nous divorçons, aucun des deux ne veut du chat.

Vraiment ? Le chat est un membre de votre famille à part entière. Vous viendrait-il à l'esprit de déclarer : " Nous divorçons, aucun des deux ne veut des enfants" ?

 

Nos parents viennent de décéder, nous ne voulons pas de leur chat.

Vraiment ? Sans doute ne voulez-vous pas de l'héritage non plus ?

 

Bref, la plupart des motifs d'abandon sont des prétextes que l'association désapprouve. D'ailleurs, ceux qui adoptent auprès de l'association signent un contrat qui stipule qu'ils adoptent le chat pour toute la vie du chat ("Tu es responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé" dit le renard au Petit Prince) parce que ce n'est pas un objet dont on se sépare quand on en a assez ou quand il devient gênant, pour une raison ou une autre, comme on se séparerait d'un bibelot.


... de  notre  quotidien.

Il nous est absolument impossible de faire face à toutes les demandes de prises en charge, faute de place et faute d'adoptants assez nombreux. Il est clair, pour toute personne investie dans la protection féline, que l'offre est et sera bien supérieure à la demande. Malheureusement de très nombreux particuliers laissent leurs chats avoir des portées sans avoir, auparavant, des adoptants pour les chatons à naître, ce qui est complètement irresponsable puisque cela équivaut à mettre la charrue avant les boeufs. Bien souvent cela se termine donc par une distribution gratuite des pauvres chatons, en toute illégalité puisqu'ils ne sont pas identifiés et sans trop se soucier de la fiabilité des adoptants. Résultat : des abandons en grande quantité.

Quatre bonnes raisons d’adopter un chat adulte auprès de notre association.


1.Son caractère est connu.
Les bénévoles peuvent vous parler précisément de son tempérament et de son comportement. Vous saurez ainsi si le chat correspond à ce que vous attendez de lui.

2. Les conditions sont avantageuses.
En effet, pour une participation forfaitaire de 90 € aux frais vétérinaires encourus par l’association, vous avez un animal testé, stérilisé et identifié.

3. Vous vous engagez en fonction de votre âge.
Si vous avez 65 ans ou plus, il est plus raisonnable d’adopter un adulte sachant que l’espérance de vie du chat est de 15 ans environ.

4. Vous faites 2 bonnes actions.
Vous lui offrez une seconde chance et vous offrez une place au suivant sur la liste d’attente