Ce que l'association ne fait pas ...

L'association ne prend pas les chatons des particuliers : les personnes qui ont fait le choix de laisser leur chatte avoir une portée doivent assumer les chatons = soit les garder, soit les faire adopter sachant que la loi exige qu'ils soient identifiés au moment de l'adoption, ce aux frais de ceux qui ont permis leur naissance. Article L214-5 du Code Rural.

L'association agissant en faveur de la stérilisation, sachant qu'une seule portée est une portée de trop, il ne serait de toute façon pas logique d'aider ceux qui ont permis des naissances alors qu'elles sont en surnombre.

L'association ne fait pas stériliser les chats des particuliers, seulement ceux qui sont adoptés auprès de l'association : si vous souhaitez faire stériliser votre chat (et nous vous encourageons à le faire car il y a beaucoup trop de naissances, sans oublier que tant qu'il n'y aura pas de préservatif pour chat, le sida félin continuera à se propager et à faire des ravages), consultez les tarifs des différents vétérinaires. Ils sont libres donc différents de l'un à l'autre. Au besoin, n'hésitez pas à demander à régler en plusieurs fois.

L'association n'assure pas la pension de votre chat pendant vos absences, d'autant qu'elle manque déjà de place pour les chats abandonnés.

Pour faire garder votre chat en pension ou à votre domicile, consultez les pages jaunes de l'annuaire ou rendez-vous chez les vétérinaires chez qui les particuliers et les professionnels qui assurent ce genre de services déposent des annonces et des dépliants.

L'association ne fait ni "biberonnage" ni élevage, pas plus qu'elle ne le cautionne, ce conformément à une décision prise à l'unanimité lors de l'Assemblée Générale 2013. Priorité aux adultes en bonne santé.

L'association ne prend pas les chats positifs aux virus FIV et / ou FELV, faute d'espace pour les héberger et faute d'adoptants.

Ce qu'on oublie souvent ...

 

• Tout chaton doit être identifié avant d’être confié à l’adoption, ce aux frais de celui qui le place. Article L214-5 du Code Rural.

 

•  Etant donné que le chat n'est pas en mesure de contrôler sa reproduction, l'association considère que toute personne qui permet des naissances ou décide de laisser vivre des chatons, que la chatte soit la sienne ou non, en est ou en devient moralement et citoyennement responsable et il est donc de son devoir de les garder ou de les placer. Ce n’est pas le rôle de l'association qui, elle, sait qu'un chaton qui naît est un chaton de trop tant il y en a.

 

• Un chaton qui naît est un chaton de trop tant il y en a. Environ 50 % d’entre eux sont adoptés sur un coup de cœur … et abandonnés dans les 6 mois qui suivent.

 

• L’adoption doit être un acte réfléchi car l’abandon est répréhensible et puni par la loi. Peine encourue : 2 ans de prison et 30 000 € d’amende. Article 521-1 du Code Pénal.

 

• Le seul remède : la stérilisation. (Les vétérinaires acceptent des paiements échelonnés)

 

• Tant qu’il n’y aura pas de préservatif pour chat, la seule protection de votre animal contre le virus FIV (sida félin, non transmissible à l’homme) sera la stérilisation. 15 % des chats recueillis par l’association en 2012 étaient séropositifs, dont une majorité de mâles non castrés.

 

• L’âge idéal pour la stérilisation : 6 mois. Mais cela peut se faire à tout âge.

 

Une femelle gestante peut être opérée en vue d’une stérilisation.

 

• Au pire, il y a toujours possibilité de faire endormir des chatons dès la naissance par un vétérinaire car nul autre n’a le droit de donner la mort à un animal, y compris un chaton. Cela est clairement dit dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Animal. Par la même occasion, il est logique de prendre rendez-vous pour la stérilisation de la chatte.


Quelques  précisions importantes ...

... suite à de nombreuses demandes pour un chat récemment pris en charge à l'association.

Il arrive parfois que des personnes pensent reconnaître leur chat en voyant des photos de nos minous à l'adoption.

Il faut savoir qu'un chat qui n'est pas identifié au moyen d’un tatouage ou d’une puce électronique, n'appartient à personne selon la loi, d'où la nécessité de faire identifier votre chat, seul moyen de prouver que c’est le vôtre le cas échéant. L'identification est obligatoire depuis le 1er janvier 2012 : article L212-10 du Code Rural.

De plus, les chats que nous recueillons sont des chats errants ou signalés abandonnés par des personnes qui les ont nourris, soignés, voire recueillis pendant plusieurs jours, parfois plusieurs semaines. Au bout de 8 jours ouvrés, un chat non identifié est légalement considéré abandonné ou perdu.

Sur ce site et sur notre forum, rubrique "J'ai trouvé un chat", vous trouverez d'ailleurs une liste de recommandations à mettre en pratique. Et, toujours sur ce site, une page "J'ai perdu mon chat", pour celles qui cherchent le leur.

Nous ne cherchons donc pas à garder des chats de particuliers quand il est prouvé que le chat leur appartient. Nous en avons bien suffisamment qui arrivent tous les jours.

Les chats pris en charge par l'association sont testés, stérilisés et identifiés (ils appartiennent donc à l’association) ; s'il s'avère que votre chat a été recueilli et que vous êtes en mesure de le prouver, vous pourrez le récupérer (à condition qu'il n'est pas déjà adopté) contre la participation forfaitaire de 90 euros, correspondant au tarif d'une adoption.

 

Petit rappel : si votre chat est ramassé par la fourrière et non réclamé au bout de 8 jours ouvrés, il peut être euthanasié,sauf si une association a de la place pour l'accueillir. Si vous le récupérez, vous devez acquitter70,91 € pour les frais de prise en charge + 62,28 € pour l’identification obligatoire = 133,19 €.